News Ticker

Un scrutin dans un climat surréaliste

Ce dimanche 15 mars se tenait le premier tour des élections municipales, dans un contexte surréaliste. En effet, c’est un scrutin controversé qui s’est tenu, on apprenait la veille que tous les commerces non-essentiels seraient fermés jusqu’à nouvel ordre à la suite de la progression fulgurante de cas touchés par le Covid-19.

Un scrutin donc critiqué et touché par un taux d’abstention record entre 53,5 et 56 %.  Ajouté à cela, la situation délicate dans laquelle se trouvait la maire sortante Maryse Joissians-Massini. Malgré une condamnation pour détournement de fonds publics, prises illégales d’intérêt et une peine d’inéligibilité annulée par la Cour de cassation un mois avant le scrutin, celle-ci a fait la course en tête tout au long de la campagne. C’est donc sans surprise qu’elle est arrivée première avec plus de 30 % des voix, suivie par Anne-Laurence Petel, députée LREM avec 20,5 % et Marc Pena du rassemblement de la gauche avec 16 %.

C’est dans une ambiance pesante que les bureaux de votes se sont clos à 20h. Pas à un chat devant la mairie et le centre-ville et très peu de monde dans la permanence de la maire sortante. Désormais, se pose la question du maintien du second tour dimanche prochain dans un pays touché par la pandémie.

Clara Blondiaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*