News Ticker

Sophie Scire, la franc-tireuse

Sophie Scire lors des universiades de 2015 © Sophie Scire

Aix-Marseille Université ne compte plus le nombre d’athlètes évoluant sur la scène professionnelle nationale et internationale. Parmi eux, Sophie Scire enchaîne les récompenses en tir sportif au pistolet.

Moins connus que le football, l’athlétisme, la danse ou le judo, le tir sportif au pistolet suscite l’intérêt et déchaîne aussi les passions. Sophie Scire, étudiante en 3ème année de Licence Économie et Gestion sur le site Jules Ferry (Aix) spécialisée dans le management des firmes et des organisations, en est une adepte depuis près de 11 ans. « Lors d’une semaine en centre aéré je devais choisir deux sports. Attirée par le patinage artistique, j’ai d’abord choisi ce sport. En revanche c’est tout à fait par hasard que je me suis retrouvée à pratiquer le tir sportif au pistolet ». Le hasard a fait mouche et depuis les médailles pleuvent pour Sophie Scire.

Originaire d’Aubagne, cette jeune espoir du tir sportif français cumule sa vie d’étudiante et de mannequin, tout en brillant lors des compétitions universitaires (championne de France à 10 mètres en 2014 et vice-championne d’Europe par équipe à 10 mètres en 2013). Mais également avec l’ETPAubagne : grâce à de très belles performances en championnat, elle intègre en 2010, l’équipe de France. Actuellement, celle qui se définit comme « déterminée, sérieuse et obstinée » est championne de France D1 par équipe à 25 mètres et troisième à 10 mètres « Nous sommes très fiers d’arriver à nous classer parmi les meilleurs de l’Hexagone car l’ETPAubagne reste tout de même un petit club ».

Mais son plus beau souvenir et non des moindres, Sophie Scire l’a partagé avec l’AMU en 2015 lors des universiades d’été organisées à Gwangju (Corée du Sud) « même si je n’ai pas eu la chance de monter sur un podium, j’avais l’impression d’être dans une grande famille soudée. C’était une expérience humaine merveilleuse et je la dois bien-sûr à l’AMU ainsi qu’au sport universitaire français ».

Doan Poirier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*