News Ticker

Un bilan très contrasté pour le référendum sur l’Union de la gauche

89,7. C’est le pourcentage de votants qui se sont exprimés en faveur de l’union de gauche pour les élections régionales le weekend dernier, lors du référendum organisé par le parti socialiste. 251 327 personnes ont participé, ce qui semble correspondre aux attentes de Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du parti, qui qualifie l’opération de « succès ». Seulement le déroulement du référendum a été quelque peu troublé.

Ouvert de vendredi à dimanche dernier, le vote était possible au sein de bureaux tenus par les militants (2 500) mais aussi sur internet, et il a tout de même échoué sur plusieurs points. Tout d’abord la fraude : il suffisait de donner un nom et une adresse pour voter, pas de pièce d’identité demandée, on peut donc voter plusieurs fois sans problème, idem sur internet où il suffit de donner une autre adresse mail pour revoter. Des journalistes ont notamment fait le test… La crédibilité des résultats en prend donc un coup. Le PS a annoncé avoir porté plainte contre X pour faux et usage de faux à la suite de ces soupçons de fraude.

La secrétaire nationale EELV se serait même vue usurper son identité, elle a en effet tweeté : « Donc je viens de recevoir un mail de « referendum Unité » me remerciant pour mon vote ?!??Bourrage des urnes… Je le crains #foutagedegueule (sic)». Car le référendum censé rassembler la gauche a en fait été boycotté par les écologistes et le Front de gauche, seuls les socialistes semblaient mobilisés, et encore, il n’y a pas eu foule dans les bureaux de vote : beaucoup de gens ont participé sur internet et dans certaines fédérations, très peu de militants se sont déplacés, comme le rappelle FrancetvInfo. La fédération de la Nièvre a même refusé d’organiser le scrutin physique.

Finalement, les écologistes ne se sont alliés au PS dans aucune région. En revanche, dans certaines comme Paca ou le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, ils font liste commune avec le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon. Dans notre région c’est Sophie Camard (EELV) qui prend la tête de liste avec Jean-Marc Coppola (FG), malgré les appels du pied de Christophe Castaner, le candidat socialiste. Ils se présentent contre le « dégoût d’une politique brutale, show-business qui nourrit la fracture démocratique », selon Jean-Marc Coppola qui « ne peut rester les bras croisés face à une majorité passive », déclarait-il à « La Provence ». Les deux candidats se veulent porteurs d’une liste « anti-austérité, anti-déprime », le tout justifierait leur refus d’alliance avec les socialistes.

Le dernier sondage Ifop publié mercredi crédite la liste PS de 18% des voix, 11,5% pour la liste EELV/FG.  Soit près de 30% pour les deux listes de gauche, mais selon ce même sondage, ils seraient largement distancés par Christian Estrosi (32%), et Marion Maréchal-Le Pen, créditée de 34% des intentions de vote.

Thibault FRANCESCHET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*