News Ticker

Métropole : les raisons de l’opposition aixoise

Maryse et Sophie Joissains lors d'un meeting pour la campagne des élections municipales en mars dernier. Photo : Jérémy Bouillard

Maryse et Sophie Joissains ne cessent de réaffirmer leur hostilité au projet de métropole. Tour d’horizon des arguments de l’opposition. 

Elle est allée trouver le premier ministre en personne pour lui faire part de sa requête. Sophie Joissains tient en effet à s’entretenir avec Manuel Valls au sujet de la métropole. « Nous devons absolument resserrer la métropole sur les compétences stratégiques… Et 36 compétences, ce ne sont pas les compétences stratégiques. Ce n’est pas que nous soyons contre tout, mais ce que nous voulons, c’est discuter » confiait la sénatrice UMP d’Aix-en-Provence au quotidien La Provence.

C’est l’un des derniers événements en date concernant ce projet mis en place par l’ancien premier ministre Jean Marc Ayrault et voté par le parlement le 19 décembre 2013. Réforme territoriale qui, au niveau local, aboutirait à la création d’une métropole incluant Marseille et Aix. Elle représenterait alors 93% de la population des Bouches-du-Rhône, soit 1,8 millions d’habitants répartis sur 93 communes. D’abord fixé à mars 2014, le projet a été reporté à 2015 puis finalement à 2016.

Maryse Joissains, maire d’Aix-en-Provence, s’est toujours fermement opposée à la métropole. C’était d’ailleurs son cheval de bataille durant la campagne pour les élections municipales en mars dernier. Elle craignait à l’époque « un phénomène de recentralisation dangereux pour la démocratie » et susceptible de nuire au rayonnement d’Aix qui doit rester « la capitale de la Provence dans le futur ». Sans compter selon elle, un possible déplacement de la délinquance dans le pays d’Aix. Enfin, elle défend une politique fiscale “non-confiscatoire” et fustige la gouvernance et la fiscalité unique.

Le 25 octobre, elle confiait au quotidien La Provence, lors de l’Union des maires des Bouches-du-Rhône, que les élus concernés ne sont pas contre la métropole mais « contre la fiscalité galopante qu’elle va induire ». Elle ajoutait que les maires sont « prêts à être solidaires avec Marseille. Mais pas à [se] soumettre à n’importe quoi. »

Le maire d’Aix a profité de la conférence de presse pour les cantonales, vendredi 31 octobre pour condamner une nouvelle fois le projet de métropole. Elle avait appris le matin même que la ville d’Aix-en-Provence pourrait être entièrement dépendante du conseil de la métropole au niveau financier, selon un projet d’ordonnance. Or cette décision l’a rendue furieuse car elle constitue selon elle une forme de « tutelle de Marseille sur Aix-en-Provence ». Son combat contre la métropole se voit donc renforcé car elle estime ce projet incohérent.

Le maire de Marseille, Jean Claude Gaudin, est nettement plus favorable à la métropole. Le 17 octobre en préfecture, il confirmait sa conviction : « La création d’une métropole est plus que jamais nécessaire pour répondre aux besoins de développement économique de notre territoire », notant au passage « la bonne volonté apparente du Gouvernement sur le projet ».

Jérémy Bouillard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*