News Ticker

Isabelle Corbin, ambassadrice du Pays d’Aix

Isabelle Corbin, dans les bureaux de Pays d’Aix Développement. Photo : J.B.

Selon Isabelle Corbin, directrice de Pays d’Aix Développement (PAD), l’emploi dans le Pays d’Aix subit, depuis 2013, la conjoncture nationale. 

Agence de développement économique de la Communauté d’agglomération du Pays d’Aix depuis 1994, PAD aide des entreprises françaises ou étrangères à s’implanter et à se développer sur le secteur de la CPA. 228 dossiers sont passés sur les bureaux de l’agence aixoise au premier semestre 2014. 96 projets ont donné lieu à une implantation sur le territoire, générant ainsi 1114 emplois (contre 2187 l’an dernier avec 89 implantations).
Chargée de mission durant 13 ans au sein de l’agence, Isabelle Corbin en est désormais la directrice depuis septembre 2014. Elle est revenue avec nous sur le rôle de cette institution et sur la situation économique dans le Pays d’Aix.

Une femme à la tête de Pays d’Aix Développement, est-ce un atout selon vous ?

Je pense que ce qui est un atout ce n’est pas vraiment d’être un homme ou une femme, c’est de bien connaitre le métier et l’activité. Je suis chez PAD depuis plus de 13 ans donc je connais parfaitement le tissu économique, l’ensemble des dispositifs et le véritable atout c’est l’expérience !

« Faciliter l’implantation à chaque étape de la vie du projet. »

Vous êtes en quelque sorte une ambassadrice du Pays d’Aix auprès des entreprises… Comment vous définissez votre rôle ?

On est plus que des ambassadeurs : on a vraiment une mission de terrain, on accompagne les entreprises dans leurs projets d’implantation et de développement. On va les aider à trouver des locaux, à trouver du foncier, à mobiliser des aides financières. Faciliter l’implantation à chaque étape de la vie du projet.

Vous êtes en quelque sorte une ambassadrice du Pays d’Aix auprès des entreprises… Comment vous définissez votre rôle ?

On est plus que des ambassadeurs : on a vraiment une mission de terrain, on accompagne les entreprises dans leurs projets d’implantation et de développement. On va les aider à trouver des locaux, à trouver du foncier, à mobiliser des aides financières. Faciliter l’implantation à chaque étape de la vie du projet.

En septembre la région PACA a été particulièrement touchée par le chômage selon les chiffres de Pôle Emploi. Qu’est ce que vous pouvez faire face à cette hausse du chômage ?

On peut aider toujours plus d’entreprises, faciliter leur développement puisque quand les entreprises se développent, normalement elles créent de l’emploi.

Au 1er semestre 2014, le Pays d’Aix a créé 1000 emplois de moins que l’année dernière à la même période. Pourquoi cette forte hausse ?

Jusqu’à présent le Pays d’Aix avait été assez préservé par rapport à l’économie nationale. Mais depuis 2013 on a été touché par la conjoncture nationale et internationale et la situation s’est dégradée en matière d’emploi.

Vous prêtez de l’argent aux entreprises avec le dispositif d’amorçage provençal (DAP), jusqu’à 40 000 euros à taux 0. Est-ce que les entreprises se tournent vers vous juste pour le prêt ou pour d’autres aspects de votre mission ?

Le DAP s’adresse à des porteurs de projets, on va aider un porteur de projet technologique et innovant, en amont de la création d’entreprise. Donc c’est un maillon de la chaine du financement. On intervient avant la création, et quand l’entreprise est créée, ils viennent nous voir pour d’autres dispositifs que nous ne gérons pas nous. Des aides à la création, au développement, à l’innovation… tout au long de la vie de l’entreprise.

Est ce que vous avez des exemples d’entreprises types et dans quels secteurs se positionnent ces entreprises ?

Avec le DAP on aide des entreprises et des futures entreprises innovantes. Dans tout secteur d’activité, dans la mesure où on a un projet d’innovation technologique et porteur. On a aidé des entreprises dans le secteur du médical, liées au photovoltaïque, des entreprises qui travaillent dans la robotique…On a aidé par exemple Genes’ink, qui fabrique des encres conductrices, Crosslux, qui développe du vitrage photovoltaïque, des entreprises qui développent des solutions hybrides avec du solaire et du photovoltaïque, une machine qui permet la désobstruction des bronches pour les gens atteints par exemple de mucoviscidose.

« 250.000 euros de pertes, pour 2 millions et demi engagés. C’est tout de même un beau ratio en termes de réussite »

Est ce que les entreprises que vous aidez réussissent toujours ? Est ce que vous avez des exemples d’entreprises qui ont pu échouer ?

On intervient très amont donc on prend beaucoup de risques. Il y a des échecs, et c’est normal. En 10 ans,  puisque le dispositif fête ses 10 ans en décembre, on a enregistré environ 250 000 euros de pertes, pour 2 millions et demi engagés. C’est tout de même un beau ratio en termes de réussite.

Est ce que Pays d’Aix Développement sera associée à ce projet ?

Bien sûr. On s’est associé dès le démarrage du projet et on a participé à l’élaboration de la candidature Aix/Marseille. On va avoir de beaux projets sur le territoire que ce soit avec « The Camp » ou avec le projet « voyageprivée.com » autour de la Constance. PAD sera en effet un acteur important dans la French Tech.

Propos recueillis par Jérémy Bouillard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*