News Ticker

Elections régionales: la déferlante FN, la chute de la gauche

C’est un premier tour historique qui a eu lieu dimanche 6 décembre en PACA. La candidate FN, Marion Marechal-Le Pen, a obtenu 40,55% des suffrages exprimés, très loin devant son premier poursuivant, Christian Estrosi. Annoncé par les sondages au coude à coude avec la candidate frontiste, le député-maire Les Républicains de Nice accuse près de 15 points de retard avec 26,48% des voix. Un échec pour celui qui s’est placé, dès l’annonce des résultats, comme « le seul rempart à l’extrême droite ». Le second tour, ce dimanche 13 décembre opposera ces deux personnalités politiques connues à l’échelle nationale, après le retrait de la liste PS, de Christophe Castaner.
Le score de ce dernier, 16,58%, constitue une véritable débâcle: pour le parti comme pour le candidat lui-même, ancien vice-président et héritier de Michel Vauzelle (président socialiste en PACA depuis 1998). L’autre « gros » candidat de la gauche, Sophie Camard (EELV et Front de Gauche) a recueilli seulement 6,54% des voix, à peine suffisant pour envisager une éventuelle fusion de liste avec le PS pour le second tour. Cette possibilité a été exclue dans la mesure ou Christophe Castaner s’est retiré au nom du « front républicain » décidé au siège du PS à Paris. Front qui a pour but de laisser toutes les chances à la droite de l’emporter au second tour face au FN dans les régions où une victoire de la gauche est impossible.
L’alternance à la tête de la région PACA est désormais acquise, tout comme l’absence de représentants de la gauche à l’assemblée régionale. Christian Estrosi compte sur le report de voix de la gauche pour refaire son retard sur sa rivale. Il a déjà obtenu le soutien du PS, par le retrait, et du candidat Alliance Écologiste Indépendante, le Niçois Jean-Marc Governatori avec ses 4,05%. La réserve de voix de Marion Marechal-Le Pen semble par contre limitée. L’issue du scrutin reste donc incertaine, tant Christian Estrosi a du retard dans une élection qui a, encore une fois, peu passionné avec 48,06% d’abstention. Un score en augmentation par rapport aux régionales de 2010 et supérieur à la moyenne nationale, certes, mais qui n’en reste pas moins extrêmement faible.
Robin Gabaston

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*