News Ticker

Chronique cinéma : « Les griffes sont de sorties ! »

Pour les friands du grand écran, découvrez trois critiques de films à l’affiche dans vos cinémas aixois. Cette semaine ce sont uniquement des longs métrages étrangers qui sont mis à l’honneur, et pas des moindres ! Alors n’attendez pas, et découvrez mes premières impressions (garantie « No spoiler ») ! 

LION

Synopsis : Le jeune Saroo, 5 ans, se retrouve seul à des milliers de kilomètre de chez lui. Perdu dans l’immense ville de Calcutta, le petit garçon cherche à survivre malgré les difficultés. Après des mois à dormir dehors, il est finalement recueilli par un orphelinat qui va le confier à un couple d’Australiens. 25 ans plus tard, Saroo est toujours hanté par son passé. Il décide donc avec une motivation exceptionnelle de retrouver sa famille à l’aide du logiciel Google Earth. Mais avec ses rares souvenirs, sa mission semble bien difficile, dans un pays de plus d’un milliards d’habitant.

Avis : Tiré d’une histoire vraie, Lion restera certainement comme l’un des grands crus de l’année 2017. Dans l’immensité de la métropole indienne, les petits pas de Saroo confèrent aux spectateurs émotion et compassion. A l’image de ce petit garçon, ce périple nous rappelle qu’il est toujours essentiel de ne jamais baisser les bras, même dans des situations qui paraissent insurmontables.  Si ce film est remarquable par sa photographie et sa bande son, la prestation de l’acteur Dev Patel (jouant Saroo adulte) est également époustouflante. Dans un rôle sur-mesure, l’ancien comédien de « Slumdog Millionnaire » incarne parfaitement un homme rattrapé tous les jours par son propre passé. Si vous hésitez encore à débourser quelques euros pour aller voir ce film, il faut sauter le pas. Il n’y a rien de plus beau pour un spectateur que de sortir la gorge serrée d’une salle de cinéma. Ma note : 16/20

SPLIT

Synopsis : Kevin est un homme possédant 23 personnalités différentes, avec des attributs physiques et psychologiques qui leurs sont propres. La Dr.Fletcher, psychologue de Kevin, fait tout pour aider l’homme dans sa folie. Mais elle essaye surtout de ne pas faire émerger sa 24ème entité, qui semble être beaucoup plus sombre que les précédentes. Lorsque le jeune homme décide de kidnapper trois jeunes filles, et de les enfermer chez lui, son subconscient part à la dérive.

Avis : Les films de Night Shyamalan peuvent parfois tirer du génie (Sixième sens, Incassable) ou de l’accident industriel à l’image de « After Earth ». Impossible de mettre Split dans l’une de ses deux cases tant le film est branché sur courant alternatif. Si la performance de James McAvoy est tout à fait remarquable, le scénario est quant à lui bien plus bancal. Une histoire d’enlèvement puis… plus grand-chose, si ce n’est l’admiration que l’on peut avoir devant les multiples personnalités incarnées par un même acteur. L’intrigue principale autour d’une des demoiselles enlevées est également décevante, n’apportant pas le « twist » final. Néanmoins, le film a rencontré un beau succès, que ce soit de la part de la presse ou des spectateurs. Ma note : 12/20

LOGAN

Synopsis : Dans un monde où les mutants n’ont plus leur place, Logan doit s’occuper d’un Professeur X en pleine souffrance. Reculé dans le désert à la frontière mexicaine, Logan vit retranché dans un lieu tenu secret. Lorsqu’une jeune fille traquée par une mystérieuse milice se présente à lui, l’homme aux griffes doit de nouveau affronter son passé.

Avis : Si ce film était tant attendu dans les salles par les fans de Marvel, c’est en partie pour la dernière interprétation du personne de « Wolverine » par Hugh Jackman. Après 2h17 assis dans leurs fauteuils, les spectateurs l’ont bien compris, « Logan » mérite une salve d’applaudissements. La sobriété du final rend le film grandiose mais le reste de la projection l’est tout autant. Ce n’est pas simplement un affrontement entre un super héros et une horde de méchants. Le réalisateur s’écarte loin des schémas manichéens traditionnels. C’est avant tout une réflexion sur la famille, le ressenti de l’autre, et la solidarité pour autrui. La force du film est de faire passer des messages politiques qui font écho à l’actualité contemporaine (immigration, écologie, puissance des firmes internationales), tout en maîtrisant le scénario. Jamais un Wolverine n’aura été aussi noir et aussi violent, à l’image de notre monde…finalement. Ma note : 17/20

 Jordan PIOL-SPERANZA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*