News Ticker

Une 89ème cérémonie des Oscars aux accents politiques

Affiche des Oscars 2017 au Dolby Theatre de Los Angeles

La cérémonie récompensant le tout Hollywood s’est déroulée le 26 février au Dolby Theatre de Los Angeles. L’événement a cette année encore attiré l’attention, mettant en avant les discordes politiques au sein du pays.

Emma Stone en sublime robe couleur nacre, signée Givenchy, Charlize Theron brillant de milles feux dans une robe signée Dior, un élégant smoking Gucci pour l’acteur principal de La la land… le tapis rouge laisse place aux stars de Hollywood en tenue de grands créateurs. La 89ème cérémonie des Oscars est lancée.

Cet événement tant attendue n’est pas seulement l’occasion de récompenser l’équipe de la comédie musicale phare de ce début d’année, La la land, de consacrer Moonlight comme meilleur film de l’année 2016, ou encore de rendre hommage aux disparus du monde du cinéma hollywoodien, non sans quelques ratés. Cette soirée est également l’occasion de lancer des messages dans ce contexte politique outre-atlantique si particulier. Les personnalités du cinéma américain n’ont pas manqué d’audace pour faire entendre leur voix concernant les récentes décisions controversées du nouveau président américain.

Jimmy Kimmel, humoriste et présentateur de la soirée, n’est pas resté à l’écart avec un discours élogieux sur Meryl Streep, nommée pour la 20ème fois pour l’Oscar de la meilleure actrice. Il a déclaré son soutien à l’actrice attaquée par Donald Trump sur Twitter.

Le port du ruban bleu, a été le premier geste à l’encontre du décret anti-immigration signé par le 45ème Président des Etats-Unis. Asghar Faradi, réalisateur iranien et gagnant du prix du meilleur film en langue étrangère, s’est par exemple fait remarquer en boycottant la soirée pour dénoncer ce décret. « Je suis absent par respect pour le peuple de mon pays et ceux de six autres nations qui n’ont pas été respectées par la loi inhumaine qui refuse l’entrée d’immigrants aux États-Unis », a-t-il transmis à travers une lettre lue lors de la remise de son prix.

« En tant que Mexicain, en tant que Latino-américain, en tant que travailleur immigrant, en tant qu’être humain, je suis contre toute forme de mur dont le but est de nous séparer ». Gael Garcia Bernal, acteur mexicain, a quant à lui, donné son opinion sur la décision de construire un mur à la frontière de son pays, avant de remettre le prix du meilleur long métrage d’animation.

Enfin, le film Les Casques blancs, réalisé par Orlando von Einsiedel et Joanna Natasegara a reçu une statuette dorée pour le meilleur court métrage documentaire. Ce prix a permis d’attirer l’attention sur le conflit syrien. Les deux réalisateurs en ont profité pour rendre hommage aux 3 000 volontaires secouristes sur le terrain : ils ont lu le discours de deux d’entre eux, non autorisés à entrer sur le territoire américain depuis le décret anti-immigration.

La cérémonie des Oscars, pourtant simple événement culturel, a parfaitement reflété le climat tendu qui règne aux Etats-Unis aujourd’hui.

Jade Da Costa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*