News Ticker

Bal du Bapt’s 2018, l’Art de maintenir le standing

Ce samedi 1er décembre, le campus d’Aix-en-Provence de l’École nationale supérieure des arts et métiers (ENSAM) ouvrait ses portes pour un gala d’exception. Retour sur un rendez-vous annuel empli de traditions.

Nœuds papillons, escarpins et costumes trois pièces. C’était le grand défilé sur le Cours des Arts et Métiers, samedi dernier, à Aix-en-Provence. Le grand soir pour le gala annuel des Arts et Métiers. Un événement entièrement organisé par les élèves et qui marque la naissance d’une nouvelle promotion. Reconnue pour sa formation et un esprit de promotion de qualité, l’école d’ingénieurs est également célèbre pour ses soirées de prestige. « Les galas sont l’occasion rêvée pour les anciens élèves de revenir à l’école. Ils peuvent rencontrer les jeunes promotions et se retrouver entre amis » indique Arthur Jegouzo, un des nombreux organisateurs.

Cette année encore, le Bal des Bapt’s a perpétué la tradition Gadz’arique. Comme les éditions précédentes, les propres locaux des Arts et Métiers ont été réquisitionnés. « L’Ecole est un lieu historique qui regorge de souvenirs pour les anciens. Un de nos bâtiments est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et un autre a été conçu par Gustave Eiffel. Pourquoi se priver de tant de lieux emblématiques ? » précise-t-il. Le temps d’une soirée, les 6 000 mètres carrés du campus ont donc entièrement été transformés pour accueillir le plus grand gala de la région. Plus moins de 3 000 personnes ont foulé le tapis rouge installé pour l’occasion.

Une organisation militaire

Pour cette édition 2018, l’objectif principal des 19 membres de l’équipe organisatrice était de maintenir le standing des années précédentes. Pour cela, ils s’affairaient depuis plus de six mois notamment pour miser sur des partenariats de poids. NRJ Marseille, Air France ou encore l’application Lydia comptaient parmi les partenaires de cette soirée de prestige. Côté communication: dossier de presse, plaquette de sponsoring et même site internet ont été créés pour l’occasion. Également très présents sur les réseaux sociaux, la page Facebook de l’événement a recueilli près de 3 000 mentions « intéressées ». Et les Gadz’Art ont vu les choses en grand : 11 espaces ont été aménagées pour autant d’ambiances différentes, contre 6 l’an passé.

Plus de salles et donc un plus large choix d’animations. Après une cérémonie solennelle suivi d’un dîner de gala dans les ateliers historiques de l’école, les différents espaces se sont animés, signe du lancement des festivités. Danse, exposition photos ou encore karaoké, chacun a pu y trouver son compte. « Il y en avait vraiment pour tous les goûts » explique Clara, étudiante aixoise venue par curiosité. « En plus des salles de danse, il y avait aussi des coins calmes où l’on pouvait s’asseoir, assister à un numéro de magie ou regarder des personnes jouer d’un instrument ». Une animation de Live Painting s’est par exemple tenue au cours de la soirée. Un collectif de professionnels de street art est venu réaliser une gigantesque fresque murale, avant de proposer une initiation à leur art.

Franc succès, donc, pour une édition 2018 à la hauteur des précédentes, avec un dîner qui affichait complet et des salles combles.

Jade Da Costa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*