News Ticker

Le bonheur est dans la maison de quartier

Unique dans le paysage culturel aixois, La Maison de Quartier la Maréschale rayonne par sa diversité et son accessibilité.

Tout commence au début du XVIIème siècle, lorsque la Bastide appartenant à la famille Mareschale voit le jour et devient un joyaux du patrimoine culturel aixois. Plus tard, leurs descendants font don de la superbe bastide à la ville d’Aix-en-provence à une seule condition : qu’elle soit un lieu d’activités et de promotion culturelle ouvert à tous. C’est ainsi que la grande histoire de la petite Maison de Quartier commence.  

À force de travail acharné, de communication, de productions de qualité, la Maison de Quartier à su convaincre les Écoles, les associations, et les institutions culturelle de la ville de faire partie de cette grande entreprise. Aujourd’hui c’est plus d’une cinquantaine d’associations qu’elle accueille chaque année afin de mettre en place de très nombreux ateliers.Direction lAmérique latine avec l’apprentissage de la danse. Immersion dans l’imaginaire rêveur d’Angelin Prejlokaj. Organisation de concerts dans le parc. Exposition de peinture réalisées par les enfants. Production d’œuvres pour le festival CSUD. Réalisation de divers décors destinés à des ateliers de théâtre ou de marionnettes… La Maison de Quartier ne se refuse aucune aventure pour offrir aux jeunes publics et aux plus petits une ouverture sur le monde des arts et de la culture.

Plus que de proposer de simples initiatives, les membres de la Maison témoignent d’une véritable volonté de sinscrire dans une politique culturelle qui cherche sans cesse des innovations afin que la culture et l’art deviennent un véritable réflexe éducatif pour les jeunes . Jean Markidès le directeur de la Maison nous l’explique: « laccès à l’art et la culture font partie d’un système de reproduction sociale que nous voulons stopper, nous nous donnons pour mission de désacraliser le monde feutré de l’art afin que chaque enfant s’y retrouve et s’y épanouisse ». Les fresques colorées et les rires d’enfants sont donc partis pour s’installer durablement.

Alexandra Chery 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*