News Ticker

L’affaire Evra : une pression trop grande à l’OM ?

Crédit La Provence

La gestion de l’affaire Evra est un bon exemple pour tenter d’expliquer la pression qui entoure les clubs professionnels de football. A l’OM, elle est particulièrement difficile à gérer.

Lors du match d’Europa league opposant le Victoria Guimaraes à l’Olympique de Marseille, Patrice Evra a eu un geste qualifié de « high kick » par les médias, à l’encontre d’un supporter. Les causes de cet incident restent floues. Certains médias et l’entourage du joueur indiquent qu’il s’agit de provocations exagérées à l’égard du joueur. Les groupes de supporters présents au stade parlent eux d’un excès pur et simple de la part du joueur.

Ce n’est pas le premier cas de violence de la part d’un joueur sur un supporter dans le football moderne. On se souvient du coup de pied sauté de Cantona sur un supporter adverse. Dans l’histoire de l’OM il n’y a jamais eu d’acte de violence entre un supporter et un joueur, encore moins envers l’un de ses supporters. Des altercations se sont toutefois déjà produites, plus récemment, sous l’ère Deschamps en 2010-2011. L’attaquant brésilien Brandao avait demandé à un supporter de « fomer sa gueul » à la commanderie.  Cela illustre la pression des joueurs, qui sont vraisemblablement les premières victimes.

Dans le cas Evra, selonles informations divulguées par son entourage dans La Provence, au moment du conflit, le joueur avait des « problèmes personnels » qui l’ont poussé à commettre cet acte « sous les provocations, et les cris de singe, des supporters ». Les supporters ont réagi avec un communiqué des ultras « Fanatics » qui détaille les faits. Selon eux, Evra n’a jamais été victime d’insultes racistes. Ils indiquent que « les supporters qui sont descendus de la tribune l’ont fait en réaction aux provocations de M. Evra qui a tiré le ballon sur eux et leur a demandé de venir en découdre. […] Laisser penser que les supporters descendus sur la pelouse ont fait 40 heures de bus juste pour insulter un joueur est aussi stupide qu’infondé. Ce sont des passionnés de l’OM avant tout, non des pseudo-supporters. »

Ce dernier terme a en effet été utilisé dans le communiqué officiel de l’OM pour qualifier les supporters présents. Le club a, par ailleurs, dans son communiqué, tenté d’être assez neutre mais n’excuse ni les supporters, ni Evra, qui va être sanctionné. Selon la majorité des médias, le Président Eyraud aurait  demandé aux clubs de supporters de « lui donner des noms » pour sanctionner les fautifs d’interdictions de stade. En définitive, les supporters risquent des interdictions, le club risque des sanctions de la part de l’UEFA et Evra risque le licenciement pour faute grave.

La pression à l’OM est donc bien omniprésente: elle peut mettre un terme à des carrières mais également rendre plus difficile les relations entre le club et ses fans. L’OM dispose en effet de beaucoup de groupes d’ultras qui font vivre les matchs du club dans les tribunes … et la direction ne peut sans doute pas se permettre d’être en conflit avec eux.

Yassine KHEDHER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*