News Ticker

Attac contre Apple à Aix-en-Provence

Vendredi 3 novembre, jour de la sortie du nouvel iPhone X, des militants ont manifesté devant l’Apple Store d’Aix-en-Provence pour dénoncer les pratiques frauduleuses de la marque.

A dix heures, lors de l’ouverture du magasin, les membres de l’association Attac ont manifesté contre l’évasion fiscale de la marque. Au sein de la campagne iPhone Revolt qui dénonce les pratiques d’Apple, les manifestants ont détourné le logo habituel de la pomme, en rajoutant un ver, pour symboliser la corruption. Les militants de cette association internationale ont ainsi reproché à Apple de ne pas payer ses impôts là où elle réalise ses bénéfices. En effet, la marque déclare actuellement tous ses revenus en Irlande. Or, au lieu de payer 12,5% d’impôts comme elle le devrait, Apple a passé un accord avec ce pays pour n’en payer que 0,005%.
Justin, manifestant, explique : « on reproche à Apple de ne pas payer son amende de 13 milliards d’euros, infligée par la commission européenne. On lui reproche aussi son évasion fiscale estimée à plus de 200 milliards d’euros ». Un montant symbolisé par 230 kilos de pommes pourries déversées pour l’occasion devant le magasin. Mais cette pratique n’est pas le seul motif répréhensible pour l’association. Justin rappelle notamment que la marque vend des produits à obsolescence programmée, dont l’impact sur l’environnement est considérable, et qu’elle expose les salariés à des produits toxiques. « On peut pousser la marque à plus de transparence en multipliant les actions et en lui demandant réellement de changer sa production » ajoute-t-il. D’après lui, cette manifestation peut permettre de sensibiliser chacun et ainsi de « faire tomber ces tricheurs et entreprises délinquantes qui ne respectent rien ».
Ainsi, si certaines personnes ont été étonnées de cette manifestation, elles ont pu prendre conscience des pratiques opaques de la marque et ont même parfois remercié les militants de leur action. Une action qui, on l’espère, poussera Apple à plus de transparence.

Hélène ANDOLFATTO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*