News Ticker

Un nouveau théâtre à Aix

Extrait de la pièce "Fabula Buffa" Photo : D. Chauvin

Le 13 novembre, le Théâtre d’Aix a frappé ses trois coups avec le spectacle « Fabula Buffa ». L’occasion de revenir sur ce nouveau lieu culturel.

Depuis jeudi dernier, la ville de Aix-en-Provence accueille une nouvelle salle de spectacle, le Théâtre d’Aix. Situé au 8 avenue de La Violette – là même où se trouvait un entrepôt qui abritait un magasin immobilier – le lieu propose une surface non-négligeable de 700m2. « Cela faisait longtemps que je voulais monter une école d’acteurs, formant à la fois au théâtre et au cinéma […]. Cherchant un local à louer, je finis par tomber sur ce volume de 700 m2 au sol avec 7 m de hauteur de plafond et c’est un peu lui qui m’a imposé d’élargir le projet à un théâtre« , explique Denis d’Antoni, le fondateur.

Un pari risqué pour celui qui est également le directeur du Piccolo Théâtre, rue Mazarine : « J’ai failli tout abandonner. Je ne trouvais pas le financement. Et puis j’ai eu le culot d’aller chez un banquier sur le cours Mirabeau. Contre toute attente il a accepté de m’accompagner dans ce projet un peu fou« , confie-t-il.

Avec ses 380 places assises, le théâtre devient ainsi un véritable intermédiaire entre les très grandes salles aixoises et les petites intimistes.

« Avec une scène de 15 m de large et 10 m de profondeur, on peut accueillir des productions comme Les Mangeurs de lapin, hommage burlesque au cabaret avec la scénographie et le matos qui va avec. […] De même sur des spectacles à un ou deux comédiens, la jauge nous permet de viser des artistes au cachet plus élevé que ceux programmés au Piccolo. Notre ligne éditoriale sera en revanche identique« , précise-t-il. Théâtre, danse, cirque, musique, spectacles burlesques, le Théâtre d’Aix assure « qu’ici il n’y aura pas de réalisations que le public a l’habitude de voir ».

Mais plus qu’une simple salle de spectacle, Denis d’Antoni souhaite faire de ce lieu une véritable école d’acteurs. « La formation se fera en quatre ans à des gens de 18 ans minimum et coûtera 3 500 € par ans. Trois professeurs dispenseront deux fois 8 h d’interprétation théâtre et cinéma par semaine et neuf intervenants assureront sessions de mime, musique, danse, etc. Les élèves aborderont aussi montage, scénario et mise en scène, comme la régie lumière et sonore du spectacle vivant. […] Par ailleurs, la quatrième année de formation sera une tournée en France sous chapiteau où les élèves présenteront les spectacles et les courts-métrages créés à l’école« . Un projet ambitieux pour lequel ils ont déjà sélectionné sept candidats.

Sarah Barbier et Alexandra Cohen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*