News Ticker

À l’Anticafé, tout est gratuit sauf le temps

Anita Groff et sa fille, Mélanie Münch, sont les gérantes de l’unique Anticafé de province. Photo : Olivia Gaudignon

Le 23 février 2016, au coeur d’Aix-en-Provence, un lieu hors norme voit le jour. Anita Groff et sa fille, Mélanie Münch, se sont associées pour importer d’Ukraine le concept de l’Anticafé, déjà présent à Paris. Les clients payent le temps passé sur place, et les consommations, elles, sont à volonté.

             Il faut ouvrir grand les yeux pour apercevoir la devanture discrète, au fond de la rue Granet, de l’Anticafé. Et pourtant, tout le monde en parle. On peut y consommer des boissons, des gourmandises sucrées et du salé à volonté, puis on paye en fonction du temps passé sur place. L’heure coûte 5 euros, contre 24 euros la journée. Des tarifs préférentiels ont été mis en place pour les abonnés ou les étudiants.Un canapé, des coussins, des tableaux, des couvertures mais aussi des jeux et des livres… tous les ingrédients sont là pour se sentir comme chez soi. C’est justement ce qui a séduit Anita Groff, ancienne journaliste reconvertie : « Le concept a été créé il y a trois ans par un jeune Ukrainien en visite à Paris. Sa création a rencontré un franc succès. Avec Mélanie, on a donc eu envie de l’importer ici. »

« Le lieu devient ce qu’en fait la personne »

Dans l’Anticafé, tout le monde se tutoie. L’ambiance est chaleureuse. « On reçoit régulièrement des cadeaux : des livres, des bougies, des poèmes… » continue Anita. Le café évolue selon les désirs et les envies de ses visiteurs. Pas besoin d’avoir la carte membre pour apporter sa pierre à l’édifice, tout le monde est invité à participer. « Le lieu devient ce qu’en fait la personne » ajoute la co-gérante. Et ce n’est pas Amélie, 22 ans, qui va la contredire. Depuis un an, la jeune femme en recherche d’emploi vient se ressourcer dans ce café atypique : « J’ai commencé à fréquenter l’endroit dès son ouverture. J’ai été séduite par l’idée de payer à l’heure, et d’avoir toutes les consommations à volonté. On peut se réunir autour d’un café ou d’un plateau de jeu, discuter, travailler … C’est très convivial. » explique-t-elle, enthousiaste.

Enfin, de nombreux ateliers proposés et animés par la clientèle sont organisés. Du séminaire à l’afterwork en passant par les goûters d’anniversaire, les idées ne manquent pas. « On a parfois des surprises incroyables. Les gens sont très créatifs » se réjouit Anita. Aussi, elle encourage les jeunes créateurs à venir afficher leurs œuvres : « Tous les deux mois, on expose gratuitement un artiste que l’on a choisi et dont les créations sont en harmonie avec le style du café. »  En somme, l’Anticafé est avant tout un lieu de partage, une adresse où l’on fait des rencontres « auxquelles on ne s’attend pas. » Un jardin d’Eden intime pour se retrouver entre amis ou avec soi-même.

 

Olivia Gaudignon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*